Le recrutement par le bonheur

Le recrutement par le bonheur

Avant le management…le recrutement par le bonheur


Et pourquoi pas ? Après tout, on parle bien de management par le bonheur ! Or, avant de manager ou d’être managé, il faut bien recruter ou être recruté donc autant commencer par le commencement.
Les études scientifiques l’ont prouvé : le bonheur dans le travail augmente l’efficacité en entreprise donc logiquement le bonheur avant d’entrer dans l’entreprise devrait permettre d’intégrer avec efficacité cette dernière.

Alors, avis aux recruteurs ! Le bonheur est entre vos mains !

Il ne tient qu’à vous de ne pas laisser les candidats sans réponse, d’expliquer les raisons de vos refus, de ne pas vous fier à la première impression, de ne pas juger sur l’apparence, de ne pas renvoyer les « vieux » dans la tombe ni les « jeunes » dans leur berceau ni les femmes à la maternité, plus généralement de ne pas discriminer, de ne pas mettre en difficultés, de ne pas chercher à piéger, de traiter humainement ceux que vous recevez, de ne pas leur faire la gueule, de ne pas les ignorer, de ne pas les faire attendre, de ne pas les considérer comme du bétail (dans les salons pour l’emploi par exemple), de ne vous positionner ni en supérieur ni en examinateur.

Mais que donnerait le recrutement par le bonheur ?

« CDI » ne serait plus un gros mot, les seniors ne feraient ni peur ni pitié, les juniors ne seraient plus catalogués et les non diplômés ignorés.
Les profils les plus recherchés ne seraient pas ceux déjà en poste. Les trous dans le CV et les parcours chaotiques ne seraient plus pointés du doigt.
L’habit ne ferait ni le moine ni le candidat. La différence deviendrait source de richesse, les échecs des expériences enrichissantes et « quelles sont vos prétentions de salaire? » ne viendrait pas tout de suite après « Bonjour ».
Vous vous  intéresseriez uniquement aux compétences, surtout à celles transférables et  donneriez une chance à tous les profils, même les plus atypiques, en devenant les messagers du bonheur.

Mais pourquoi feriez-vous cela ? Quel serait votre intérêt de rendre les demandeurs d’emploi plus heureux ?
Qu’ils se présentent au mieux ?

Et que vous puissiez les recruter plus efficacement ? Qu’ils arrêtent de vous casser du sucre sur le dos ou de dénoncer vos pratiques ? Et s’il y avait un intérêt plus subtile qui vous a peut être échappé jusque là : un demandeur d’emploi ne garde pas ce statut toute sa vie.
A partir du moment où il met un pied dans l’entreprise, il redevient un professionnel et ce professionnel se souviendra toujours de la manière dont vous l’avez traité et surtout maltraité car la mémoire de la souffrance est tenace.
Devenu un client potentiel ou un éventuel prescripteur, il est capable de ne jamais faire appel à vous s’il a besoin un jour de recruter et surtout de ne pas vous recommander.
Il peut même décider de se venger si une belle occasion se présente. Et comme la roue tourne très vite, peut-être qu’un jour, il sera amené à ne pas vous recruter à son tour.
N’oubliez pas non plus que ce demandeur d’emploi que vous avez en face de vous est peut-être le fils, le frère ou l’ami de quelqu’un qui pourrait vous vouloir du bien comme du mal.
Ce demandeur d’emploi, bien que fragilisé par sa situation reste capable de reprendre rapidement du poil de la bête et d’utiliser les réseaux sociaux pour vous tailler le costard que vous méritez.

Faites l’essai et pratiquez le recrutement par le bonheur pour aller dans le sens du monde professionnel de demain qui condamne le burn-out, dénonce les pervers narcissiques, prône la pratique de la pensée positive et s’essaye au  management par le bonheur. On peut rêver, non ?

Et si le recrutement par le bonheur n’était qu’une utopie, ne resterait-il alors aux demandeurs d’emploi que leurs yeux pour pleurer ? Non, ils peuvent décider eux aussi d’insuffler un peu de bonheur dans leurs démarches de recherche en ayant conscience de leur propre valeur et en se mentalisant avant chaque entretien comme nos joueurs de rugby avant chaque rencontre :

le haka du candidat

Christel de Foucault, consultante RH, auteure de « Déjouez les pièges des recruteurs » aux Editions Eyrolles.
Rejoignez-moi sur Linkedin et Facebook

Article dans Linkedin

Visuel réalisé par Romain Ancelin

Share
Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. juste et simplement excellent
    Certaines personnes sont en avance sur leur temps,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *