Le CDI c’est fini !

CDI illustrasion de Benoît Pouydesseau

Le CDI c’est fini !

Arrêtez de chercher un CDI car vous risquez de vous retrouver au RSA

Mesdames et Messieurs qui recherchez un emploi, arrêtez d’attendre un CDI car vous risquez de vous retrouver au RSA !
En l’écrivant, je me rends compte que mon introduction manque un peu de poésie mais il est de mon devoir de vous alerter au risque de vous choquer. Cela fait des années que je prononce cette mise en garde, au moins une fois par jour, dans mon quotidien de consultante RH car cette mésaventure est arrivée à plusieurs candidats que j’accompagne. A force d’attendre le « bon contrat », ils ont laissé passer des opportunités professionnelles intéressantes pour être finalement rattrapés par le temps et se retrouver en fin de droits.

Si j’ai décidé d’écrire cet article aujourd’hui c’est que j’ai l’impression d’entendre de plus en plus souvent les « chercheurs de CDI » se plaindre de ne pas en trouver alors qu’en parallèle les spécialistes RH relayés par les médias et les hommes politiques (dernièrement…) évoquent de plus en plus souvent la disparition progressive, voire à terme définitive de celui-ci : le CDI représenterait aujourd’hui moins de 20% des contrats d’embauche contre 80% il y a 30 ans (du temps où la senior que je suis recherchait du travail).

Alors, pourquoi, en faire à ce point-là un objectif à atteindre quand on est en recherche d’emploi ?

Parce qu’avec un CDI on se sentirait dans une situation moins précaire ?

Pourtant, à l’heure actuelle et contrairement à ce qu’indique son nom, ce type de contrat ne garantit absolument plus de rester éternellement dans une entreprise. Les personnes licenciées économiques ou licenciées tout court qui liront ce papier pourront en témoigner…

Parce qu’un CDI permettrait d’accéder plus facilement à la propriété ?

C’est vrai et d’ailleurs, les banquiers qui sont capables d’adapter leurs taux d’intérêt aux évolutions du marché de l’immobilier devraient, dans leur « intérêt », suivre également celles du marché de l’emploi mais ce n’est pas le sujet de ce jour…Et c’est une fausse excuse puisque ce ne sont pas les plus concernés par l’accès à la propriété qui traquent le CDI mais ceux souvent déjà installés, les seniors.

Parce que c’était comme ça avant ?

Et si c’était plutôt cela la vraie raison : le besoin de retrouver le bon CDI d’antan, rassurant, celui qui permettait de faire ses premiers pas dans une entreprise en envisageant d’y finir sa vie …sauf que les temps ont changé. A cause de la crise qui rend les entreprises plus frileuses car elles ont moins de visibilité sur leur croissance ? Du phénomène récent d’« uberisation » de la société lié à l’avancée du digital ? De ces nouveaux métiers qu’on ne connait pas encore mais qui feront disparaitre ceux qu’on connaissait jusqu’à présent ? Ou tout simplement de nos nouvelles générations, ces « Travailleurs Zappeurs sans Frontières » qui naviguent au gré de leurs envies professionnelles et qui ont une vision moins fermée du monde de l’entreprise et du monde tout court que celle qui était la nôtre à leur âge. En tout cas, lorsque nous les interrogeons sur leurs rêves professionnels, le CDI n’en fait pas partie, contrairement à nous à leur âge et à nous à notre âge !

Alors, Mesdames et messieurs, arrêtez de rechercher des CDI !

C’est une quête vaine puisqu’il n’y en a plus. Mais si on réfléchit, ce n’est pas si grave puisqu’un CDI n’est pas un métier, simplement un contrat ! Ce qui doit vous motiver avant tout c’est un poste, une entreprise, une mission ! Ce qui compte quand on est au chômage, c’est de remettre un pied dans l’entreprise, même s’il n’est pas exactement chaussé comme on le souhaiterait. Acceptez donc ces CDD et contrats d’intérim considérés injustement comme précaires puisqu’au final ils vous permettront de sortir de la précarité du chômage pour retourner vers l’entreprise. A vous ensuite de montrer à celle qui vous accueille l’expert métier et le professionnel que vous êtes et de lui donner envie de vous garder en vous offrant ce CDI dont vous rêvez (mais dans un 2ème,  3ème temps ou 4ème temps…). Il ne faut néanmoins pas se leurrer, si le CDI à l’embauche est en voie de disparition, le « CDI post CDD » a de grandes chances de suivre la même voie…mais ça c’est aussi un autre sujet.

Acceptez des CDD pour avoir plus de valeur sur le marché du travail !

C’est une réalité doublée d’une aberration : réalité car les recruteurs recherchent en priorité des personnes en poste, aberration car ces dernières ne sont pas disponibles immédiatement et sont souvent plus exigeantes et moins motivées que les chercheurs d’emploi, mais comme pour le CDI, je dirais que c’est comme ça et qu’il faut composer avec, même si l’on ne cautionne pas pour autant. Il peut donc être intéressant le sachant d’accepter ce CDD qui ne vous convient pas mais qui vous offre ce « job tremplin » vous permettant de sortir de la «transparence » du chercheur d’emploi pour gagner en visibilité et intéresser des recruteurs susceptibles de vous proposer, eux, le contrat de vos rêves.

Il n’y a qu’un seul lieu où nous sommes tous certains d’obtenir un CDI

Je vous invite à le redécouvrir en vous rendant sur le dessin lié à cet article. Son auteur, le talentueux Benoit Pouydesseau, qui a gentiment accepté de mettre en image mon sujet a su mettre en exergue le côté dérisoire de cette quête du « CDI à tout prix ». Je l’en remercie infiniment et je réalise à quel point les images ont plus de poids que les mots…

Je conclurai donc cet article de manière toute aussi choquante que je l’ai introduit :

LE CDI est mort ! Vive le CDD !

Avis à ceux qui n’auraient pas bien lu le texte : je ne cautionne ni la disparition du CDI à l’embauche, ni le fait qu’il faille faire ses preuves en entreprise pour obtenir un CDI, ni la précarité, ni le fait qu’un candidat a plus de valeur en poste qu’au chômage, ni le fait que les banquiers exigent un CDI qui n’existe presque plus…

Christel de Foucault, consultante RH, auteure de « Déjouez les pièges des recruteurs » aux Editions Eyrolles.
Rejoignez-moi sur Linkedin et Facebook Dejouez les pieges des recruteurs

Article dans Linkedin

Illustration réalisée par Benoit Pouydesseau 

Share
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *